Camarades communistes ouvrons les yeux !

Ne nous leurrons pas. Ayons le courage de regarder bien en face la vérité amère, sans fard. (Lénine)

Nous sommes devant une situation inédite. Dans la campagne des présidentielles nous sommes hors jeu et complètement inaudibles.

La bonne position de notre Parti aurait dû être prise lors de notre dernier congrès comme certains d'entre nous l'avions demandé.

Aujourd'hui, il nous faut gérer la moins mauvaise des positions pour ne pas être complètement marginalisés. Mais de toute façon le résultat sera plus ou moins négatif.

Soyons réalistes il n'y aura pas un candidat unique de la gauche et même posons nous la question le faut-il ? Non si c'est pour remettre le Parti Socialiste en selle.

Bien sûr, le courant social démocrate ne disparaitra pas car il lié au système capitaliste. Mais aujourd'hui après toutes ses trahisons il faut nous en détacher si non nous porterons une nouvelle fois, une grande partie du mécontentement populaire. Le Parti socialiste est l'un des principaux moyens de survie du capitalisme en crise.

Alors oui sortons de notre immobilisme, mais pas pour une nouvelle catastrophe, d'une nouvelle « Gauche Plurielle » qui elle risquerait de nous être fatale à terme comme ce le fut en 2001.

De l'autre côté ne sommes nous pas face à un petit Kerenski en puissance qui veut notre mort comme Parti ? Nous pouvons additionner les preuves de sa dérive, cela ne servira à rien. Nous nous devons de mener une campagne autonome et communiste de rupture avec le capitaliste, donc de rupture aussi avec l'Union Européenne. Se couper de forces vives en mouvement dans la Classe Ouvrière et le syndicalisme serait criminel.

Lançons prioritairement toutes nos forces dans la bataille pour élire un maximum de députés communistes. Cette question est de la plus grande importance pour les 4 mois à venir !