90 % des enseignements sont en grève contre cette réforme mal ficelée et manquant de moyens, mais le maire persiste à l’appliquer.

Dans la presse : « La réforme des rythmes scolaires, qui impose aux enfants une demi-journée supplémentaire de présence à l’école, n’en finit plus de faire parler. C’est ainsi le cas à Aubervilliers, où 21 écoles seront fermées jeudi pour cause de grève. Le maire de la ville de Seine-Saint-Denis a défendu sur Europe 1 son choix de l’appliquer dès la rentrée 2013 et réclamé du temps. "On savait que ce serait difficile. Et la fatigue des enfants est incontestable", a reconnu Jacques Salvador.



Ajoutons à cela, le manque de moyens, le manque de salles, du personnel mal ou pas formé pour ce travail. Les enfants peuvent être en danger.

Depuis le début les enseignants sont contre cette réforme, les parents d’élèves s’interrogent, les éducateurs sont mis en difficulté. Avant les vacances, tous avaient dit : « attendons ! Prenons le temps et regardons en face les problèmes ! » Le maire lui, comme à son habitude, a décidé seul, contre l’avis de la majorité. Le groupe communiste au conseil municipal a refusé de suivre le maire dans cette nouvelle décision antidémocratique.

La sagesse devrait le pousser à stopper cette réforme, mais je crains qu’il nous faille attendre mars 2014 pour le stopper réellement et définitivement.