castro_mandela.jpg fidel-y-mandela-2.jpg En 1961, c'est inspiré par la révolution cubaine qu'il fonda la branche armée de l'ANC, « Umkhonto we Sizwe », avec le communiste Joe Slovo, qui fut son conseiller juridique lors de son second procès de 1962 qu'il le conduira pour 27 années en prison, sous la complicité des grandes puissances occidentales, États-Unis et Grande-Bretagne en tête.

Parmi les cercles dirigeants occidentaux, les messages hypocrites vont abonder de ceux qui, il y a 30 ans, toujours se taisaient et entretenaient un commerce juteux avec le régime d'apartheid, souvent soutenaient ouvertement le régime contre le péril communiste. N'oublions pas.

Dans le même temps, les partis communistes du monde menaient une campagne de longue haleine pour obtenir la libération de Mandela et la chute du régime d'apartheid. Cuba et l'URSS luttaient en Angola contre les miliciens contre-révolutionnaires soutenus par l'Afrique du sud, les Etats-Unis. Souvenons-nous.

Pour son premier voyage hors d'Afrique du sud depuis sa libération (février 1989), Nelson Mandela se rend à Cuba (en juillet 1991). Cela ne doit rien au hasard. S'adressant à Fidel Castro, il lance: « Avant toute chose, vous devez me dire quand vous viendrez en Afrique du Sud. Nous avons reçu la visite de tas de gens. Et vous, qui nous avez aidés à entraîner nos combattants, qui avez financé notre lutte pour qu’elle puisse continuer, qui avez formé nos médecins, etc., vous n’êtes jamais venu chez nous.»