Au cours de ces 6 mandats, je me suis efforcé de les remplir au mieux pour les habitants, pour les travailleurs, c’est-à-dire être véritablement un élu communiste à leur service. Le lendemain de mon élection j’ai accompli deux démarches symboliques. Je suis allé sur la tombe de mon père et je me suis rendu à l’usine où j’ai commencé ma vie active d’ouvrier chaudronnier à l’âge de 17 ans, à l’usine Stricher, rue du Port, aujourd’hui encore l’une des survivantes de l’air métallurgique.

Au Conseil général pendant 31 ans, j’ai occupé de nombreuses responsabilités. La plus importante à mon sens : fut celle de Président du groupe communiste, belle responsabilité dont j’ai démissionné par fidélité à mes convictions politiques. Ensuite Vice-président du Conseil général à l’aménagement du territoire, au patrimoine, au développement économique, au foncier… Là, ma grande satisfaction fut mon action pour la juste place de la Seine-Saint-Denis dans le schéma directeur de la région Ile-de-France. Plus de 100 rencontres avec tous ceux qui font et façonnent la vie en Seine-Saint-Denis, en premier lieu les habitants et les travailleurs de chaque ville du département. J’ai aussi présidé la SODEDAT (la société d’aménagement du département de la Seine-Saint-Denis), qui a réalisé nombre de collèges, équipements, logements et activités. Période où j’ai rencontré de nombreux architectes, en particulier le célèbre architecte cubain Ricardo Porro, qui a produit de magnifiques collèges et autres bâtiments en Seine-Saint-Denis. Président au CAUE 93 (architecture, urbanisme et environnement) depuis 26 ans, Vice-président de la SIDEC, Vice-président de la SEQUANO, Vice-président de l’OPHLM 93, Président du parc interdépartemental des sports et membre de nombreux conseils d’administration… Oui, j’ai bien travaillé pendant ces 31 ans, au service de toute la population.

J’ai eu, sur Aubervilliers, pour au moins six équipements, un rôle non négligeable : pour la réalisation du collège Rosa Luxemburg, pour la cité artisanale angle rue André Karman et Sadi Carnot, pour l’établissement pour personnes âgées dépendantes, rue Hélène Cochennec, pour l’hôpital de jour rue Charles Tillon, pour la dernière tranche de la Maladrerie et pour l’extension du collège Diderot… Mais aussi en 2007 la décision pour la participation du Conseil général à la réalisation des deux stations Aimé Cézaire et Mairie d’Aubervilliers de la ligne 12.

Oui, j’ai aimé ces mandats. Mais depuis 2008 les rapports ont changé avec l’arrivée des socialistes à la direction du Conseil général. Devenu Président de la 1ère commission, celle des finances, j’ai rempli au mieux ma tache d’élu communiste. Face à la volonté déclarée de Claude Bartolone, d’éradiquer les communistes, j’ai développé une action offensive contre tous les budgets d’austérité qui attaquaient particulièrement les personnes âgées et les jeunes. Je suis fier d’avoir été le seul à voter contre tous les budgets d’austérité, de coupes budgétaires antisociales contre les populations présentés par les élus socialistes.

Alors pourquoi tourner la page aujourd’hui ? Ce sont plusieurs raisons qui rassemblées m’ont décidé. A près de 70 ans, cela fait 31 ans que je suis votre Conseiller général, mes approches politiques différentes et puis des résultats d’examen de santé qui tombent. Séparément ces causes ne m’auraient pas conduit à tourner la page, j’avais même débuté la campagne électorale après que les adhérents du PCF aient ratifié unanimement ma candidature (je fus très touché positivement par ce fait). Alors je tourne cette page, mais je ne referme pas le "livre", car je continue comme 2ème Maire adjoint à la mairie d’Aubervilliers. Je serai donc toujours à votre écoute, à vos côtés, à votre service comme élu communiste que je reste. Je continuerai à défendre mes idées, celles de la Gauche Communiste, celle de Rosa Luxemburg pour une société plus juste, plus humaine.

Je suis bien sûr présent dans la campagne des élections départementales pour aider à éviter les erreurs qui seraient des catastrophes pour notre ville, si par aventure le vote FN, UMP, UDI ou PS était important. Le 22 mars voter Pascal Beaudet et Meriem Derkaoui c’est poursuivre et réussir tous ensemble le renouveau d’Aubervilliers. Merci à tous !