iMonsieur le ministre, Monsieur le maire d’Aubervilliers et Conseiller départemental, Madame la Députée, Madame la sénatrice, Monsieur le Préfet, Mesdames et Messieurs les élus d’Aubervilliers, Messieurs Bensoussan Mesdames et Messieurs

Quel plaisir pour moi, pour mes collègues du conseil municipal, que cette inauguration du Fashion Center. Nous sommes ici dans la ZAC Canal Porte d’Aubervilliers décidée en 2003. Elle a connu plusieurs modifications sur son programme. Pour le moment elle livrera 130 000 m2 d’activités, de bureaux, de commerces de gros, de logements et d’équipements. Demain, la perspective d’un grand complexe hôtelier à la Porte d’Aubervilliers, augmentera fortement le nombre de m2.

Après l’ouverture du centre commercial du millénaire, des bureaux d’ICAD, le démarrage du chantier du siège de Véolia, de plusieurs programmes de logements, voila le Fashion Center.

Le Fashion Center c’est d’abord une volonté, celle de la famille Bensoussan. C’est aussi une page d’histoire d’Aubervilliers. Le père monsieur René Bensoussan est arrivé à Aubervilliers en 1970, mon père était alors maire d’Aubervilliers et il délivra le premier permis de construire à la famille Bensoussan. En 1974, à cet emplacement même, l’entreprise Véropan Bensoussan remplaça la société ESSO, pour vendre des articles de la table, puis les trois fils Bensoussan prennent la relève. En particulier Serge qui a fait, parmi les premiers, des voyages en Chine et la vente, et d’autres bâtiments de la famille Bensoussan vont se transformer en commerces de gros.

Ils sont des pionniers, aujourd’hui en réalisant ce Flashion Center, avec ses 300 boutiques de gros, ses 1000 emplois, ses 600 places de parking et ses restaurants, ils réalisent l’une des plus grandes concentrations d’Europe de commerces de gros. Nous totalisons aujourd’hui à Aubervilliers 1500 boutiques de commerces de gros et plusieurs programmes vont encore voir le jour.

Si l’idée et la décision reviennent à la famille Bensoussan, en particulier à Serge Bensoussan, il faut y ajouter le nom de l’architecte, mon ami Laurent Salomon et ceux du Groupe Union en particulier monsieur Eric Tong pour la commercialisation.

Je ne regrette pas d’avoir au début des années 90 proposé à Jack Ralite, alors maire d’Aubervilliers, d’accompagner le développement du commerce de gros chinois, à Aubervilliers puis Pascal Beaudet, Jacques Salvator et encore Pascal Beaudet aujourd’hui ont poursuivi cette orientation.

J’ai le privilège d’être un spectateur actif, puisque à près de 30 ans d’intervalle, j’occupe entre autre, la même responsabilité de Maire adjoint au développement économique.