Pour ceux qui en doutent encore, pour une part il suffit de voir l’émission de France 2 de dimanche dernier sur le parti socialiste. Non seulement on y voit la social-démocratie à l’œuvre sur le dos du peuple, mais aussi un Jean Luc Mélenchon qui fait une déclaration incroyable à la gloire de Mitterrand, qui fait froid dans le dos, quand on connait les multiples étapes de Mitterrand. Au départ à l’extrême droite, puis chez Pétain, dans les années 50 financé par la CIA, assassin sur la question algérienne, sauveur de la social démocratie dans les années 60 et trahison des espérances populaires dans les années 80. Jean Luc Mélenchon connait très bien l’histoire et pourtant il est en admiration. Cela est pour le moins inquiétant.

Mais aujourd’hui soutenir un Benoît Hamon ou un Montebourg, comme certains l’envisageaient, serait encore plus catastrophique et cela reviendrait à une tentative de sauvetage du Parti Socialiste.

Pour limiter les dégâts, nous communistes, nous devons mener une campagne autonome plus forte, sur des propositions communistes de ruptures avec le système capitaliste au niveau national et européen. Soyons clairs : nous ne faisons pas assez sur la rupture nécessaire avec l’Union européenne, pourtant un thème très porteur dans la classe ouvrière.

Pour les législatives il nous faut présenter et maintenir un maximum de candidats communistes.

Notre campagne doit être une campagne de combats, de clarifications et d’accusations contre le Front National, la droite et le Parti Socialiste. Pour le moment nous somme inaudibles. Il faut que nos attaques et nos propositions parlent plus de la vie des gens en particulier de la classe ouvrière et des changements révolutionnaires nécessaires pour y parvenir.

Sur les candidatures aux législatives un maximum de candidats communistes est nécessaire, au nom de l’union ne réduisons pas notre sphère d’influence. La non présence d’un candidat communiste à une élection ouvre la porte à un recul de notre influence. C’est vrai pour les présidentielles mais aussi pour les autres élections.